Le vélo :                   

Révolutions et évolutions

                                              l'ère moderne






L'invention de la bicyclette est difficile à situer, car si Léonard de Vinci en trace les grandes     
lignes dès 1490, c'est avec l'invention de la pédale due au Français Michaux que démarre        
vraiment l'histoire du vélo.  Vers 1888, la bicyclette avait pratiquement acquis sa forme           
définitive. Depuis c'est par évolutions successives, en fonction des progrès technologiques     
en ingénierie et matériaux que le vélo poursuit sa marche en avant.                                               








1937 : le dérailleur

Invention on ne peut plus marquante, les recherches sur le
dérailleur étaient déjà bien avancées en 1869. Mais c'est
seulement sur le tour de France 1937 qu'il a été officialisé en course. Le seul modèle approuvé était le  " Super
Champion ". Auparavant, il fallait s'arrêter et retourner la roue arrière à l'approche d'une ascension. Pour le dérailleur
avant, il faudra attendre l'après guerre.
1975 : Le pneu haute pression

Jusqu'en 1975, les vélos de course étaient exclusivement équipés de boyaux. Cette année là, Michelin présente le
premier pneu haute pression, l'Elan. Ciblant, au début, un usage cyclotouristique comme le suggère cette publicité d'époque il va rapidement séduire par sa simplicité d'utilisation le monde du cyclisme et de la course où le boyau va progressivement décliner au profit du pneu.
1975 : Le casque en polystyrène expansé

Depuis le début du siècle, la sécurité du cycliste était
confiée au vénérable casque à boudins en cuir. En 1975,
BELL présente le premier casque rigide en polystyrène
expansé, le biker. En 1983, le V1 pro spécifiquement
développé pour les coureurs cyclistes sera mis sur le
marché.
u
1979-1989 : Le guidon aérodynamique

En 1979, le vélo profil Gitane, aboutissement d'un long
travail sur l'aérodynamisme, voit le jour. Cette même année, il fera sensation sur le prologue du tour de France. Il était équipé d'un guidon "aile d'avion" qui évoluera en 1989 vers le guidon dit de triathlète, grand artisan de la victoire de Greg Lemond, pour 8 petites secondes ...
1984 : La pédale automatique

Finis les cale-pieds et les lanières à serrer. En 1984, Look
révolutionne la pédale. Elle sera vite adoptée. L'efficacité et la sécurité des coureurs vont faire un bond en avant. Bernard Hinault qui avait participé à sa genèse en fera bon usage en remportant son cinquième tour de France.
1984 : La roue aérodynamique

Bien que l'on trouve trace des premières roues aéro dès 1895, elles étaient produites par la disc wheel company,
elles feront leur apparition sur le vélo de Francesco Moser lors de son record de l'heure de Mexico, en Janvier 1984.
Ces roues pleines, baptisées lenticulaires, seront vite adoptées sur la route et donneront naissance aux roues
aérodynamiques actuelles.
1986 : Le cadre composite

Jusqu'à cette date, les cadres étaient principalement
construits à l'aide de tubes d'acier, parfois d'aluminium. En 1976, Alan alors spécialiste des cadres en alu collé développe un cadre prototype constitué de tubes carbone Torayca. En 1986, Look présente le KG 86, le premier cadre composite de série. Construit à partir de tubes carbone / kevlar TVT avec manchons alu, il sera utilisé avec succès sur le tour de France par Greg Lemond.
1990 : Le cadre carbone monobloc

Jusqu'alors constitués d'un assemblage de tubes, les progrès en plasturgie et composites permettent d'aboutir au premier cadre monobloc ou monocoque, le Look KG 196. Le moulage d'une seule pièce autorise des formes nouvelles et permet d'obtenir une rigidité accrue. Ce cadre remportera de nombreux succès dans sa version piste.
1990 : Les leviers STI

En 1984, Shimano s'était déjà distingué en présentant les premières manettes de cadre indexées (SIS). En 1990, un nouveau pas est franchit avec les manettes STI qui intègrent le changement de vitesses aux leviers de frein.
Une innovation ergonomique majeure qui relèguera vite aux
oubliettes les traditionnelles manettes de cadre.
1990 : les étriers de frein double pivot

Au début des années 1990, en exhumant et en perfectionnant un ancien système, Shimano améliore
notablement le freinage. Le principe de l'étrier à double
pivot, baptisé SLR, qui se généralisera chez tous les
équipementiers, va sérieusement réduire les distances
de freinage.
1992 : Le dérailleur électrique

Jusqu'à cette date, tous les dérailleurs étaient actionnés par câble. En 1992, Mavic expérimente le premier modèle
à commande électrique. Testé sur le tour par les équipes
ONCE et RMO, il sera commercialisé en 1999 sous le
patronyme Mektronic. Peut être trop en avance sur son
temps, il ne s'est démocratisé que récemment chez la
plupart des équipementiers.
2011 : Les freins à disque ?

Omniprésents en VTT, les freins à disque semblent incongrus sur un vélo de route. Pourtant, plusieurs constructeurs dont Volagi, qui équipe toute sa gamme de ce système, ont franchit le pas. Le freinage devient ainsi plus puissant et plus constant. Il n'y a plus de risque d'échauffement dans les descentes de col et la jante ne subit plus de contraintes par frottement, surtout lorsqu'elle est en carbone.



 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement