Connus, méconnus, inconnus ou oubliés ces inclassables, par leurs
performances ou leur ingéniosité ont contribué à faire évoluer le cyclisme.





 
 José Meiffret (1913-1983) 


 

 
 
José Meiffret surnommé le poète de la vitesse. Il a passé sa vie à franchir des records sur sa  bicyclette au plateau extraordinaire de 130 dents. Dans son livre "Mes rendez avec la mort" il relate ses exploits et évoque sa terrible chute qui lui occasionna cinq fractures du crâne et une grande souffrance physique et mentale.
 

 
 
La plupart de ses performances ont été réalisées sur la nationale 4 entre Saint Dizier et Perthes. C'est en 1962, derrière une Mercedes 300 SL qu'il s'adjuge le record du monde à la vitesse de 204,78 km/h. Lors de chaque tentative il portait dans sa poche la note suivante :

« En cas d'accident mortel, Je prie les spectateurs de ne pas se sentir désolés pour moi. Je suis un pauvre homme, un orphelin depuis l'âge de onze ans, et j'ai souffert beaucoup. La mort ne me fait pas peur.Cette tentative de record est ma manière de m'exprimer. Si le docteur ne peut plus rien pour moi, s’ils vous plait enterrez moi au bord de la route où je suis tombé. »

 




Des exploits qui suscitèrent des vocations, notamment en France. On relèvera la tentative de Jean Claude Rude. En Août 1978, c'est derrière une Porsche 935 turbo, modifiée pour l'occasion et pilotée par Henri Pescarolo qu'il s'élança sur une piste de Wolfsburg, en Allemagne. L'objectif était de dépasser 223 km/h sur un vélo doté d'un développement de 27 mètres. Hélas, à 175 km/h, le boyau avant éclata, Jean Claude Rude s'en sortant miraculeusement indemne. Il n'y eut malheureusement pas de seconde tentative. Il fût happé par un train alors qu'il s'entraînait à résister aux turbulences aérodynamiques le long d'une voie de chemin de fer lors du passage des rames. Michelin s'apprêtait à lui fournir des boyaux aptes à résister à l'échauffement.

 



 
Toujours détenteur du record de France, José Meiffret a depuis été battu au niveau mondial par le Hollandais Fred Rompelberg avec 268,83 km/h derrière dragster, sur le lac salé de Bonneville USA en 1995. Une performance réalisée dans de toutes autres circonstances. De plus, le cycliste était tracté lors de la phase de lancement.  


 
 
 Bruce Bursford (1958-2000) 


 


 
 
Sur son vélo baptisé "the ultimate" réalisé en céramique, titane et kevlar par la firme automobile Lola, il bat le 23 Août 1995 le record du monde sur installation statique à la vitesse incroyable de 334,6 km/h. Passion qui allait lui coûter la vie alors qu'il roulait à l'entrainement, à 60 km/h, sur une voie express au nord de Cardiff.



 
 Charles Mochet (1880-1934) 
 
 

 
 
En 1933, le Français Charles Mochet constructeur de voiturettes biplaces à pédales appelées Vélocar décide de passer au 2 roues en conservant l’ergonomie de ses véhicules 4 roues. Sa "bicyclette à pédalage horizontal"
(c'est le nom qu'il a donné pour le brevet de son invention) est le premier vélo-couché dont les performances
aient été supérieures à celles des bicyclettes "traditionnelles".


 

 

 
En effet, le 7 juillet 1933, le coureur cycliste Francis Faure, qui travaillait avec Mochet, battait le monumental record d'Oscar Egg qui datait de près de vingt ans, en parcourant 45,055 Km dans l'heure. Ce record allait être à l'origine de nouvelles règles édictées par l'Union Cycliste Internationale, organisme qui régit les courses et homologue les records, visant à interdire la nouvelle bicyclette de l'inventeur français. Pourquoi interdire la bicyclette de Charles Mochet ? Les dirigeants de l'UCI ont été confrontés à une nouvelle évolution de la bicyclette, et leur choc face à ce nouvel engin s'est traduit dans l'esprit des plus conservateurs par un rejet de cette machine. Pour l'anecdote la bicyclette de Mochet fut soutenue par 46 voix contre 58 pour ses détracteurs. Ce qui sonna le glas de ses  débouchés commerciaux. Avant sa renaissance à partir des années 1980 aux Etats-Unis et en Europe du nord.

 
 


 


 
 Graeme O' Bree 
 
 


 
 
Le 17 Juillet 1993, coup de tonnerre dans le microcosme du cyclisme internationnal. Un Ecossais, inconnu de surcroit, bat à Hamar en Norvège, le record de l'heure de Francesco Moser en parcourant 51,596 km. Il récidive le 27 Avril 1994 à Bordeaux, portant le record à 52,713 km. Inventeur de génie, il utilisait un vélo de sa conception permettant l'adoption d'une position particulière, dite de l'oeuf. Mais une disposition réglementaire de l'UCI ,l'empêchant d'utiliser cette position, mit prématurement fin à la sympatique aventure de ce grand sportif qu'était Graeme O' Bree.



 
 Les cycles Gitane 
 
 


 
 
La résistance de l'air est la force principale que le cycliste doit vaincre. En 1933, Berthet est l'un des premiers à s'intéresser au sujet. Curieusement, il semble que cela n'ait eu aucune influence sur la bicyclette en elle même, les constructeurs recherchant avant tout l'allègement maximal. C'est seulement en 1976, à la demande de la société Gitane, qui dépendait alors de la Régie Renault, que le Professeur Ménard, directeur de l'institut aérotechnique de Saint Cyr l'Ecole va entreprendre des études sur le sujet. Etudes qui ont permis le lancement du mouvement de rénovation complet de la machine de compétition et dont l'influence s'est prolongée jusqu'à nos jours. En 1979, le vélo Profil Gitane, aboutissement de ce travail sur l'aérodynamisme voit le jour. Il sera utilisé victorieusement l'année suivante sur le Tour de France par Bernard Hinault.



 
 Marcel Berthet (1887-1953) 

 
 


 
 
Jusqu'en 1907 on sait peu de choses sur Marcel Berthet. C'est à cette date qu'il va sortir de l'anonymat en battant le record de l'heure sur le vélodrome Buffalo, le portant à 41,520 km. En 1908, la notoriété que lui apporte ce record lui ouvre les portes du professionnalisme. Mais il revient trés vite sur la piste et reprend sa chasse aux records. Sa tentative du 20 Septembre 1913 le replace en haut du tableau avec 43,775 km. Débute alors une fructueuse collaboration avec un jeune ingénieur aéronautique, Etienne Bunau-Varilla. A eux deux, ils vont construire une coque aérodynamique, le vélo torpille, destinée à améliorer la pénétration dans l'air. Dés lors, les records de vitesse vont tomber, si bien que l'UCI, avec sagesse, décide d'interdire les carénages. Ce qui ne décourage pas Marcel Berthet. En 1933, à 47 ans,  il débute une nouvelle collaboration avec l'avionneur Caudron. Le Vélodyne l'enmènera jusqu'à 49,992 km dans l'heure sur l'autodrome de Linas-Montlhéry.



 
 Sam Whittingham 
 
 


 
 
Ancien coureur de l'équipe nationale Canadienne, Sam Whittingham intègre en 2002 l'équipe Varna. Spécialisée dans les tricycles, vélocouchés et handicyles, la société possède une cellule sportive axée sur les records VPH (vehicules à propulsion humaine). C'est sous la direction de Georgi Georgiev que sont dessinés et construits tous les Varna Diablo et Tempest. Couché dans son bolide, Sam, depuis 2002, ne cesse de repousser les limites. Le 19 Juillet 2009 il parcourt sur un autodrome du Michigan 90,597 km dans l'heure. Le 18 Septembre 2009, sur une route du Nevada fermée pour l'occasion, il atteint la vitesse de 133,284 km/h devenant l'homme le plus rapide du monde à vélo sans assistance. Ces performances ont depuis été améliorées. Le 14 septembre 2013, le néerlandais Sébastiann Bowier (Vélox3) a atteint 133,78 km/h sur 200 m lancé. Le Suisse Francesco Russo (Eiviestretto) a parcouru 91,595 km dans l'heure sur le Lausistzring en Allemagne le 02 août 2011.



 
 Jean Pascal Roux 

 
 


 
 
Tous ceux qui un jour ont affronté le géant de Provence peuvent en témoigner, l'ascension est ardue, surtout par le versant sud. Dans le contexte des tentatives multiples dont le Mont Ventoux fait l'objet depuis quelques années, Jean Pascal Roux, adepte de l'ultra cyclisme a placé la barre trés haut. Le 14 Mai 2006, en gravissant 11 fois d'affilée le Mont Ventoux par Bédoin en moins de 24 heures, il a réalisé un véritable exploit. Avec une première montée en 1 H 36' 02'' et une dernière en 2h 02' 51'' son tableau de marche laisse rêveur. Record à battre ...



 
 Angelo et Antonio Colombo 
 
 

 
 
L’histoire de Trafiltubi commence en 1919 quand Angelo Colombo fonde un atelier de production de tubes en acier de précision à Setalla près de Milan. D’abord fournisseur de tubes pour l’aviation, l’automobile (châssis Ferrari, Maserati et Lancia) et la moto (Guzzi), ses premiers clients cyclistes s’appellent Bianchi et Atala. Les vélos construits avec les tubes d’Angelo Colombo obtiennent rapidement le succès, ce qui apporte une renommée internationale à la marque.

 
 

 
 
C’est l’un de ses fils, Antonio, passionné de cyclisme, qui va créer une marque spécialisée dans la fabrication de tubes destinés au vélo. Nous sommes alors en 1977, la marque Columbus était née. A partir de cette date, les innovations vont être constantes : colonne de direction à vis conique, tubes double et triple butted, oversize, acier Cyclex, Nivacrom avec des cadres comme l’Air (1980), le Max (1987) et le Génius (1991). La marque va de succès en succès sur tous les terrains.

 
 


 
 
Sur demande d’Ernesto Colnago, Columbus mettra au point le célèbre profilé étoilé S4 duquel naîtra le mythique cadre master encore en production de nos jours. En 2003, Columbus s’est lancé dans la fabrication de cadres et éléments carbone, ce qui est devenu sa principale activité aujourd'hui. Toutefois, la firme n’a pas oublié pour autant ce qui a fait son succès, l’acier, en concevant en 2004 le cadre Spirit.

 
 
 Barbara Buatois 

 


 
Lorsque, en France, on évoque le cyclisme féminin, on pense invariablement à Jeannie Longo, inoxydable porte drapeau de la discipline. Peu médiatisée, Barbara Buatois est une adepte du vélo couché, loin des clichés de la sportive de haut niveau. Tout en préservant sa féminité, elle est actuellement la cycliste la plus rapide du monde. Le 15 Septembre 2010, à Battle Mountain, Nevada, USA, elle battait son propre record de vitesse en atteignant 121,81 km/h sur 200 mètres. Toujours couchée dans l’incontournable Varna tempest, elle a parcouru, le 19 Juillet 2009 84,0204 km dans l’heure sur le Ford automotive test track à Détroit, USA.
 
 
 


 
 
Barbara a aussi montré d’indéniables qualités d’endurance en remportant la Race Across America 2010. La RAAM est une épreuve d’ultra cyclisme qui traverse les Etats-Unis de San Diego à Washington via les montagnes Rocheuses. 4828 kilomètres et 30000 mètres de dénivelé plus loin, avec un temps de 11 jours (et nuits !) 19 heures et 48 minutes elle est arrivée loin devant ses adversaires.



 
 Serge Perroud 





 
Après 15 ans de ski de vitesse, l'Isèrois Serge Perroud alias Speedman a décidé de rouler sur les traces de José Meiffret. Son vélo d'apparence classique est équipé d'un plateau de 90 dents qui grâce à un train epicycloïdal intégré au pédalier équivaut à 132 dents. Comme son illustre prédécesseur, c'est dans le sillage d'une voiture qu'il compte battre le record de France de la spécialité, soit 204,778 km/h. Il a déjà atteint 156 km/h en 2010.

 
 

 
 
Un défi d'autant plus physique qu'il met un point d'honneur à lancer lui même son vélo contrairement à certains chasseurs de records qui sont tractés jusqu'à 150 km/h. Ne manquent plus que le lieu idéal pour ce genre de tentative, soit une ligne droite de 15 à 20 kilomètres qui ne sera pas aisée à trouver et les autorisations nécéssaires.



 
 Francesco Moser 





 
Né le 19 Juin 1951, Francesco Moser débute sa carrière professionnelle en 1973.Avant tout spécialiste des classiques et courses d’un jour, il va néanmoins remporter un grand tour, celui d’Italie en 1984. Une victoire controversée acquise dans des conditions rocambolesques. Cette année 1984 marque aussi un tournant dans sa carrière. Sur le déclin, il va se réorienter vers la piste et principalement la conquête du record de l’heure, en mettant a profit ses qualités reconnues dans le contre la montre.


 

 
 
 
Précurseur dans de nombreux domaines, il va s’adjoindre le décrié professeur Francesco Conconi qui sera chargé de sa préparation physique et médicale. Au niveau technique, il va faire basculer le vélo dans le 21 ème siècle. Recherches aérodynamiques poussées et partis pris techniques audacieux comme l’emploi d’une roue arrière xxl vont le conduire sur la route du record de l’heure. Il le battra le 23 Janvier 1984 ,en altitude, sur le vélodrome de Mexico en parcourant 51,151 km dans l'heure.
 
 
 
 


 
 
 
Après une pause dans sa carrière sportive, il annonce en 1992 son intention de s’attaquer à nouveau au record de l’heure. En 1994, Chris Boardman s’étant entre temps emparé du record, il tentera en vain, à 43 ans, de reprendre son titre en singeant la position de ses concurrents.

 
 

 
 
 
Il reconnaîtra en 1999 avoir eu recours à l’autotransfusion sanguine. Pour lui, le cyclisme propre n’est qu’une illusion. Sur le sujet du dopage, il ajoutera en 2006 : Le dopage libre dans le sport professionnel ? Il faudrait trouver un moyen de mettre tous les sportifs sur le même plan. Si l’on ne réussi pas à garantir un principe d’équité entre tous les sports, alors la solution pourrait être la suivante, libéralisons le dopage. Inutile de préciser que ces déclarations, d'une grande franchise, ont été accueillies par une volée de bois vert.


 

 Robert Marchand 



 

 
 
Alors que certains coulent une retraite paisible, le parisien Robert Marchand ne l'entend pas de cette oreille.Né à Amiens le 26 novembre 1911, le doyen des cyclotouristes ne s'est consacré sérieusement au vélo qu'à partir de 78 ans. Il s'était fixé un nouveau défi, établir un premier record de l'heure dans la catégorie masters + de 100 ans, une catégorie spécialement créée pour lui par l'UCI. Il s'est élancé le 17 Février 2012 sur le vélodrome du centre mondial du cyclisme de l'Aigle en Suisse pour un tour d'horloge et a parcouru 24,251 km. Une performance remarquable qui va être difficile à égaler.
Sur sa lancée, le 20 septembre 2012, sur le vélodrome de Lyon, il a établit un nouveau record, celui des 100 km, parcourus en 4h 17mn 27s, soit à plus de 23 km/h de moyenne.
Le 31 janvier 2014, à 102 ans révolus, sur la piste du nouveau vélodrome national de Saint Quentin en Yvelines, il a de nouveau amélioré son record en parcourant 26,9 km dans l'heure.
Le 04 janvier 2017, il a parcouru sur ce même vélodrome 22,547 km dans l'heure établissant une nouvelle référence dans sa catégorie d'age, 105 ans.

 
 


 
Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement